ORAL CAPES Maths 2016 - Une petite prière et ça passe : description d'une victoire après 25 ans d'interruption

Je ne remercierai jamais assez tous les candidats au CAPES qui m'envoient leurs comptes rendus d'oraux, car se sont les données qui permettent de préciser comment évolue le concours et de dire les questions qui sont effectivement posées dans ces huit clos. Sans parler de l'appréciation de l'atmosphère pendant ces interrogations, qui indique les attendus des jurys. Bref, ces témoignages ont un sens pour moi, et je suis heureux de les partager avec vous. Voilà comment on réussit son CAPES en naviguant dans les tempêtes de ces deux oraux, et en essayant de redresser la barre jusqu'au bout. 
                  DEBUT DU TEMOIGNAGE

A l’âge avancé de 50 ans, plus de 25 ans après une math sup et une math spé, les concours de grandes écoles et une carrière dans l’industrie après je me suis préparé pour le CAPES de maths. Je l’ai préparé avec le CNED, que j’ai trouvé assez utile pour les documents et livres… Pour l’oral ce n’était pas très adapté.

Je m’y suis mis au mois de novembre, j’avais donc 6 mois pour avaler tout le programme. J’avais surestimé ma capacité d’apprentissage disparue et ma capacité à rester assis des heures devant mes bouquins… Le programme s’avérant être un puits sans fin pour moi j’ai fini les 2 derniers mois à tester ma capacité à rester 5 heures assis et ne faire que des annales. J’ai enchaîné sur la préparation de l’oral dès la fin des écrits. Je me disais que je serais probablement admissible, le premier écrit s’était très bien passé avec des classiques de concours (Polynômes d’interpolation de Lagrange, déterminants de Vandermonde, inégalité de Taylor Lagrange… j’ai eu 16/20) alors que le second à base de probas avait été très moyen : pourtant d’un niveau de terminale S, mon fils en terminale a été consterné par le niveau… J’avais oublié la formule de l’espérance ! J’ai eu 9/20 en essayant de gratter des points partout. C’est la grande difficulté pour les gens de ma génération : les probas que l’on ne faisait quasiment pas, en tous cas dans mon souvenir. J’étais furieux, toutes ces révisions d’analyse, de topologie pour tomber sur des boules rouges et noires dans un sac…

Pour ma préparation de l’oral, le site Mégamaths m’a été très utile, avec les témoignages et le livre Pistes & commentaires… Mon erreur a été je pense d’avoir négligé la difficulté du deuxième oral en étant obsédé par le premier oral et sa liste de leçons. J’ai pourtant fait beaucoup d’annales corrigées d’oral 2… J’ai écrit mes fiches sur Open office pour me familiariser avec l’outil, j’ai bossé sur Algobox et sur Geogebra (un émerveillement pour les gens de ma génération, grand sourire du premier jury quand je leur ai raconté ça). J’ai listé toutes les leçons qui pouvaient s’appuyer sur le cours d’un manuel et j’ai préparé les leçons qui étaient plus transverses.

L’oral 1 ! A Nancy, il y avait une très bonne organisation du concours (je n’avais pris que deux bouquins : Raisonnement mathématiques et Géométrie du collège pour les matheux de DJ) et après une petite prière avant de tirer les sujets (pas de probas, pas de probas, pas de stats…) je tombe sur la leçon 41 Nombre dérivé, fonction dérivée et la leçon 32 Théorème de Thalès. J’avais bien préparé les deux leçons et j’avais le bouquin de Dany-Jack sur la géométrie du collège sous le coude. Ayant peur de m’emmêler les pinceaux sur la réciproque de Thalès et sachant que j’allais pouvoir m’appuyer sur le cours de première pour la dérivée j’ai donc choisi cette leçon : leçon 41 Nombre dérivé, fonction dérivée.

Je jette un coup d’œil à mon voisin qui se prend la tête entre les mains, ça me rappelle les concours…
Mon plan a été entièrement tapé sur Open office pour ne pas faire d’erreur en écrivant au tableau et j’ai choisi des fonctions très simples pour faire des animations Geogebra et gagner du temps. Le fait de faire des animations pendant la présentation de mon plan m’a permis de ne pas avoir une présentation trop statique. J’ai pris soins de vérifier que je savais démontrer toutes les formules que j’écrivais (pour les formules j’ai fait des copiés collés des cours pour gagner du temps) : les 2h30 passent très très vite. Au dernier moment je me suis dit que mes exemples étaient trop simplistes et j’ai voulu rajouter un exercice sur un mobile, 5 min avant la fin, je l’ai effacé en me rendant compte que je n’avais pas le temps de préparer parfaitement la solution.

Gros stress ! Je conseille à tout le monde de préparer et réciter les premières phrases que vous allez dire pendant votre préparation, ça évite un gros bafouillage pour débuter. J’ai précisé les prérequis et j’ai indiqué que je me plaçais dans le cadre de la première S avec une extension sur l’année de terminale S pour introduire la notion de continuité. J’avais oublié de noter l’heure de début de mon plan, le jury m’a aimablement indiqué le temps qu’il restait, ce qui n’a pas été le cas lors du second oral, le jury refusant de me répondre comment configurer Geogebra qui ne marchait pas sur leur PC alors qu’il marchait dans ma préparation.

Le jury très aimable m’a ensuite demandé de démontrer deux formules de dérivation : produit et racine. Il m’a ensuite demandé de démontrer qu’une fonction dérivable est continue. Tout s’est bien passé. Ils m’ont ensuite demandé de résoudre un exercice d’optimisation, chaque fois que j’hésitais un peu j’avais une petite indication. La dérivée de la fonction avait plein de racines au dénominateur, j’hésite…
« Comment fait on quand on a des racines ? »
Ah oui ! On multiplie par l'expression conjuguée.
« Très bien »
Ensuite « comment feriez-vous pour montrer à un élève qu’une dérivée peut s’annuler et qu’il n’y a pas d’extremum local ? »
Je pense à la tangente…
« Non non quelque chose de très simple »
Ah oui : la fonction y=x3
« Très bien »
J’ai eu le sentiment que tout s’était bien passé et ma note me l’a confirmé : 19,6 !

Je retiendrai les points suivants : faire simple, ne pas vouloir en mettre plein la vue avec des exercices compliqués, savoir démontrer tout ce que l’on écrit (rabâché par Dany-Jack ! Merci !).

Le lendemain Oral n°2 : je tire un exercice de géométrie dans l’espace. J’ai eu l’impression de très bien citer les compétences des productions d’élèves et d’analyser leur raisonnement. Pour la présentation d’exercices similaires, mon animation Geogebra en 3D ne fonctionnait pas ! Silence du jury ! (merci)

Ensuite pour la résolution de l’exercice, tout s’est compliqué. Je l’avais résolu pendant la préparation mais je n’ai pas voulu relire mon brouillon en le faisant au tableau pour avoir l’air à l’aise, il y avait un système d’équations et je me suis emmêlé les pinceaux. J’avais rempli mon tableau et je n’avais plus de place. J’ai donc énoncé la conclusion à l’oral. Le jury ne semblait pas m’écouter… Au final on me demande de regarder mon tableau et de dire si je pense que c’est un tableau utile pour des élèves et qu’ils pourraient le recopier dans leur cahier… Je regarde et évidemment non. J’explique qu’effectivement ce n’est pas clair, je reprends, efface un morceau et rédige la conclusion…

Nouvelle question : « on vous a demandé de dire quelles compétences les élèves avaient utilisé… ». J’avais l’impression d’avoir été très clair et de les avoir énoncé, mettant en lumière les points positifs, les idées des élèves… « on vous demande quelles compétences… ». Je ne comprends pas la question.

Pour finir :
« Vous êtes professeur de mathématiques, que faites pour améliorer l’implication des parents d’élèves dans la vie scolaire ». Je parle de vérifier que les parents suivent bien la scolarité de leur enfant, les réunions parents professeurs, signer les contrôles etc. Soupirs du jury... Merci c’est fini.

Quand la note est tombée 8,7 ! j’ai été très déçu. Je connaissais l’exercice, le sujet, j’ai eu l’impression de bien analyser les productions des élèves, je n’ai pas fait de fautes etc. En conclusion, bien travailler la correction de l’exercice, on ne demande pas de montrer que vous savez le résoudre mais de le résoudre pour des élèves. Le tableau doit être très propre et on doit écrire les phrases en toutes lettres. Je pense que pour les compétences on me demandait d’être précis et de faire référence aux textes : chercher, modéliser, représenter, calculer, raisonner, communiquer…

Heureusement que j’avais choisi le CAPES externe car pour le troisième concours je n’aurai peut-être pas été reçu avec mon deuxième écrit très moyen et mon second oral raté. Mon âge, mon expérience des oraux, des réunions, des présentations aux clients lors de ma première vie ainsi que mes souvenirs de Khôlles de prépa m’ont sûrement bien aidé.


Je suis finalement reçu.

Une nouvelle vie commence...

FIN DU TEMOIGNAGE



Un correspondant de MégaMaths confirme : "Suite au témoignage du candidat, je confirme que quand le jury insiste sur les compétences c'est qu'il attend des références aux compétences du programme (modéliser, etc.). Et la deuxième question d'épreuve 2 précise bien de présenter comme face à une classe..."





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !