La vérité sur la vie des profs...

La vérité sur les profs : voici un article paru en 2013 sur le blog Maman travaille, que je reprends ici pour le relayer.
Rappeler quelques vérités sur la situation réelle des professeurs permet de mieux comprendre la tristement célèbre crise des vocations. 
Pour venir enseigner, il faut du courage, de l'abnégation et apprendre à maîtriser des situations hors du commun in the real life. 
Cela peut-il se faire sans considération et avec un petit salaire ? 
Ou alors, pourquoi ne pas rejoindre les ordres ?
Voici l'article :




DEBUT DE L'ARTICLE
La vérité sur les profs, c'est qu'aucun cadre du secteur privé n'accepterait un tel salaire (sous le salaire médian de 2015 euros, plafonné en fin de carrière) alors que les profs ont des bac +4, 5, 6, 7, 8, 9 et plus.
La vérité sur les profs, c'est qu'à leur place, si nous devions encadrer 30 enfants de 7 ans toute la journée, (sachant déjà dans quel état on est quand on en garde 2 ou 3 en même temps avec l'aide de Guli ou d'un atelier pâte à sel) beaucoup d'entre nous finiraient avec des aspirines, des somnifères, en HP, en dépression ou en maison de repos.
La vérité sur les profs des écoles, c'est qu'ils ne finissent jamais vraiment à 16 heures 30. Le temps que les parents en retard (nous) arrivent, le temps que les enseignants effacent le tableau, rangent la classe, préparent le tableau du lendemain; et aussi, souvent, aillent au conseil de classe, au conseil d'école, à la réunion de parents, à la réunion qui prépare la réunion de parents, au spectacle de Noël, à la réunion pédagogique... 

La vérité sur les profs, c'est qu'une fois la journée de classe terminée, ils ont encore des heures de travail: ils doivent corriger les cahiers, préparer la classe du lendemain, remplir les livrets scolaires, écrire les questions du prochain atelier...
La vérité sur les profs, c'est qu'ils ne peuvent pas télétravailler, ils ne peuvent pas téléphoner en disant "coucou, aujourd'hui je prends une demi RTT / j'arriverai en retard / je serai là vers 10 heures"; ils ne peuvent pas surfer sur le net pendant leur temps de travail ou dire aux élèves "Ah ? Ah, deux minutes, mon agent immobilier m'appelle je sors de la classe un bon quart d'heure."
La vérité sur les profs, c'est qu'ils sont soumis à une hiérarchie dantesque, et qu'au moindre faux pas, ce sont 70 parents d'élèves qui leur tombent dessus. La vérité sur les profs, c'est que tout le monde a un avis sur ce qu'il font, ambiance "Ah, monsieur le boulanger, vous utilisez de la levure en poudre ? Hmm, moins j'aurais mis thermostat 7 pour la baguette..."
La vérité sur les profs, c'est qu'avoir la responsabilité de la vie, ni plus ni moins, de 30 gamins 4 jours par semaine pendant 7 heures par jours, ça t'use un homme - ou une femme.
La vérité sur les profs, c'est que c'est un des seuls métiers où tu ne décides pas où tu vas vivre: je connais des couples où l'homme travaille en Seine et Marne et la femme à 500 kilomètres de là, et où les enfants sont dans un entre-deux flottant pendant que les parents s'acquittent de deux loyers faute de postes disponibles.
La vérité sur les profs, c'est que j'ai vu, enfant, ma mère institutrice faire toutes les heures supplémentaires possibles, encadrer les cantines, surveiller les études, finir après 18 heures, se former sur son temps personnel, parce que la vérité sur les profs, c'est que la moindre évolution te demande de repasser des concours, je l'ai vue passer un à un tous les concours jusqu'à devenir directrice du lycée française de Florence, puis proviseur adjointe en France, et elle est à son bureau de 7 heures 30 le matin à 19 heures le soir.
La vérité sur les profs c'est que, pendant ses vacances, ma soeur PE retourne à l'école pour préparer sa classe, a une réunion avec ses collègues, et que son fils doit aller à la garderie car elle n'enseigne pas dans la même école que lui.
La vérité sur les profs, c'est que mon père qui est historien, président d'un institut de recherche sur la laïcité, ancien prof de fac et prof d'histoire géo dans un collège de ZEP de banlieue parisienne, s'acharne à apprendre à des générations d'ados pourquoi l'équipe de foot d'Allemagne a cette composition et passe ses week-end d'été à préparer le brevet des collèges. A tel point que régulièrement, des anciens élèves lui écrivent des lettres poignantes de remerciement.
La vérité sur les profs, c'est que ma grand-mère était institutrice au Maroc et que mon arrière-arrière-arrière-grand-père était instituteur dans son village en Corse, et qu'ils en étaient sûrement fiers, parce qu'enseigner était pour eux le plus beau métier du monde.
La vérité sur les profs, c'est que même si ça me taquine de temps à autre quand j'anime un atelier pédagogique ou quand j'accompagne une sortie scolaire, pour rien au monde je ne voudrais me tuer à la tâche sans aucune reconnaissance de mon ministre, en me faisant insulter par les parents et en gagnant des clopinettes.
La vérité sur les profs, c'est qu'en 3 ans d'école, ma fille a eu 3 super enseignantes, présentes, actives, dynamiques, pros, et que c'est grâce à elles si elle sait lire et écrire, soustraire et additionner, reconnaître un tableau de Matisse et se présenter en Anglais à 5 ans et des poussières.
La vérité sur les profs, c'est que c'est ma prof de français du collège Madame Colonna qui m'a dit que je devrais écrire un livre en lisant mes rédactions à la classe, c'est mon prof de sciences économiques et sociales Monsieur Micot qui m'a encouragée à choisir la socio au bac, c'est ma prof de sciences économiques et sociales dont j'ai oublié le nom qui m'a envoyé une lettre chez moi, en seconde, quand je séchais, pour me dire "vous avez mis sur votre fiche que vous vouliez être journaliste, vous en avez toutes les qualités", c'est mon prof de dessin de 6ème qui avait des cheveux longs et dont j'ai aussi oublié le nom qui m'a donné confiance en moi, c'est Madame Schneider ma maîtresse de CP qui m'a appris à lire avec des phrases et des livres dont je me souviens encore.
La vérité sur les profs, c'est que ce sont des gens qui exercent un métier pénible, difficile, mal valorisé, mal payé, qu'ils le font pour beaucoup par vocation et pour certains par obligation, mais enfin, ils pourraient aussi faire autre chose. La vérité sur les profs, c'est que leur quotidien est très loin des clichés médiatiques, et que beaucoup d'entre nous ne tiendraient pas 3 jours dans leur peau.
Vous pensez que si ? Passez le concours !

FIN DE L'ARTICLE


Référence de l'article : La vérité sur les profs et autres enseignants, paru le 28 février 2013 sur le Blog Maman travaille




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !