Crise du recrutement au CAPES maths : 1802 admissibles pour 1440 postes !


Crise des recrutements en maths : même le café pédagogique ne peut pas le cacher :
Au Capes externe de maths 2015, seulement 1802 candidats ont été déclarés admissibles pour 1 440 postes proposés. Si l'on reproduit en 2015 le taux de reçus parmi les admissibles de 2014, moins de 800 candidats (793) devraient être admis et 697 postes devraient rester vacants.

Si dans d'autres disciplines la situation s'est améliorée pour le recrutement des enseignants, en maths l'année 2015 n'est pas bonne. Il y a davantage de postes mis au concours, davantage de candidats (4645 au lieu de 4138) mais finalement que 1802 admissibles contre 1899 en 2014. En 2014 seulement 405 postes n'avaient pas trouvé preneurs et 838 étaient dotés. Il n'est pas certain qu'on en ait 800 en 2015. (...)

Interrogé par le Café pédagogique, Bernard Egger, président de l'Apmep, l'association des professeurs de maths, n'est pas surpris par ces résultats. "Le niveau de beaucoup de candidats n'est pas bon. On a ce paradoxe d'avoir élevé le niveau de recrutement avec la mastérisation tout en ayant des candidats plus faibles. Cela tient au fait que les meilleurs étudiants de master ne se dirigent pas vers l'enseignement. On demande le retour du concours au niveau de la licence car à ce moment là il y a encore de nombreux bons candidats qui hésitent et sont attirés vers l'enseignement". Le jury sera-t-il généreux cette année ? Pour B Egger, "il y a un grand débat dans le jry pour savoir s'il faut recaler des personnes qu'il faudra embaucher comme contractuels ou les recevoir et les former une fois sur leur poste. Le ministère pousse les jurys en ce sens", dit-il. (...)

Evidemment, dans la suite de l'article, B. Egger de l'APMEP n'y voit que les conséquences des années Sarkozy et n'arrive pas à comprendre qu'au niveau pédagogique on est dans les choux ! Avec une filière scientifique cassée au lycée, des choix d'horaires et de programmes particulièrement pitoyables, et un BAC S donné à 3/20 en maths, les lycéens n'ont qu'une envie : qu'on leur donne le BAC et qu'ils partent faire tout autre chose que des études scientifiques.

Conclusion : le niveau en maths et en sciences va continuer de s'effondrer dans les 10 années à venir puisque rien n'est fait, et tout est au contraire décidé pour continuer encore plus sur les traces des 30 dernières années de réformes.

On récolte ce qu'on a semé... et ce n'est pas le café pédagogique, organe du ministère, qui l'écrira sur ses pages. 

Les parents sont contents : leurs enfants entrent facilement en filière S, et cela dénature la spécificité de cette filière. Le BAC littéraire, comme les autres, est jeté aux orties, aussi par manque de sélection dès l'entrée au lycée, et par une spécificité mal pensée. 

Il y aurait tout à revoir, mais ce n'est pas grave : l'essentiel est qu'on affiche 85% de réussite (au moins) au BAC en 2015. On devient plus bons tout en devenant plus mauvais !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !