Petites questions de juin sur l'oral du CAPES 2015

Les questions de Mégamathiens regroupées ici ont été posées entre le 27 mai et le ?? juin 2015, et intéressent les oraux de la session 2015 du CAPES externe de maths.

Les réponses apportées, sans être officielles, permettent de se rassurer sur certaines dispositions touchant ces épreuves, et d'en parler entre nous. N'hésitez donc pas à réagir, à poser les questions qui vous turlupinent : cette page est faite pour vous !


QUESTION 1 - Bonjour, je suis admissible aux oraux du CAPES maths. J'aimerai savoir si chaque étudiant a droit à un PC pendant les 2h30 de préparation, ce qui s'avère extrêmement pratique étant donné la multitude de manuels numériques disponible. 

RÉPONSE 1 - Oui, chaque candidat dispose d'un PC sur sa table de préparation et pendant toute la durée de préparation, et d'une clé USB pour recopier ses fichiers et les apporter dans la salle où a lieu l'exposé. Ce PC est équipé avec des logiciels dont la liste figure sur le site du jury du CAPES (Open Office, Geogebra...), de documents des B.O. et quelques livres numériques. Relisez et cliquez sur tous les liens de la page CAPES externe de MégaMaths, car je parle de cela et donne quelques conseils de bon sens.

Mais attention, le candidat ne peut pas venir avec sa clé USB pour charger ses logiciels ou ses manuels numériques sur le PC. Seuls les logiciels et les manuels déjà chargés par le jury sur le PC seront disponibles.



QUESTION 2 - Je souhaitais savoir si cela était pertinent, utile et surtout autorisé d'amener avec soi des livres niveau L1/L2/MPSI/MP pour préparer l'oral de leçon. Il me semble qu'il ne figure aucun ouvrage de ce type dans la bibliothèque du concours.

En effet, vu le peu de temps que j'ai eu cette année pour préparer les leçons, il y a probablement de nombreuses démonstrations que je ne saurais refaire et cela m'embêterais bien de faire figurer dans mon exposé un résultat dont je ne pourrais donner la preuve. Avoir un ouvrage support pour prendre quelques notes et avoir au moins la structure de certaines preuves peut être rassurant...

RÉPONSE 2 - Je suis d'accord avec vous : avoir des ouvrages de base sur lesquels on a travaillé permettra de rapidement se remettre en mémoire un énoncé, une démarche, une démonstration... A priori, il n'y a pas d'ouvrages de niveau universitaire dans la bibliothèque du concours, et certains sont intéressants pour accompagner le candidat à l'oral.

La bonne nouvelle, c'est que tous les ouvrages achetés dans le commerce (c'est-à-dire possédant un numéro ISBN), sans annotations à l'intérieur, et qui ne dénature pas l'épreuve en proposant des leçons d'oral de CAPES toutes faites, ou des dossiers types traités complètement, sont acceptés le jour du concours pendant les 2h30 de préparation.

La page du site officiel du jury décrivant les modalités des épreuves orales du CAPES externe est explicite sur ce point :
Le candidat a également accès aux ouvrages de la bibliothèque du concours et peut, dans les conditions définies par le jury, utiliser des ouvrages personnels. Seuls sont autorisés les livres en vente dans le commerce, à condition qu’ils ne soient pas annotés. Sont exclus les ouvrages de préparation aux épreuves orales du concours définies par l'arrêté du 19 avril 2013. Le jury se réserve la possibilité d’interdire l’usage de certains ouvrages dont le contenu serait contraire à l’esprit des épreuves.
Dans la pratique, à la session précédente de 2014, les tables étaient toutes placées sur le pourtour de la pièce, contre les murs. Su chaque table trônait un ordinateur de bureau, TICE oblige, si bien qu'il ne restait qu'un faible espace au candidat pour déposer ses feuilles et y écrire son plan et son développement. Les sacs, cartons, malles du candidat étaient placées juste derrière lui. Chaque fois qu'un candidat désirait utiliser un livre de sa collection personnelle, il devait se signaler au surveillant, qui venait pour vérifier que le livre sorti du sac était bien autorisé et sans aucune annotation. La décision d'accepter ou de refuser le livre est prise à ce moment.

Il est certain que des livres de cours comme celui de Costantini, de Dupont, d'Escoffier, ou les miens comme ceux de la collection des DOSSIERS MATHEMATIQUES signalés "pour le CAPES", avec en particulier ceux qui traitent des raisonnements mathématiques, des grands théorèmes de l'analyse, ou de probabilité, ou ceux de la collection ACQUISITION DES FONDAMENTAUX, sans oublier le Best seller Géométrie du collège, seront d'une aide appréciable suivant le sujet tiré au sort.

Traditionnellement, on peut aller déposer des sacs fermés (voire une malle cadenassée comme j'en ai vu plusieurs quand j'ai passé l'oral de l'agrégation interne) le jour précédant ses épreuves orales, en demandant l'autorisation au jury du CAPES présent dans l'établissement. Cela permet de revenir le lendemain sans être trop chargé pour gravir les escaliers...

Pour terminer, j'aurais un  mot pour tous ceux qui viennent passer le concours en avion en partant des DOM-TOM, avec une valise qui ne peut pas dépasser 23 kg tout compris. C'est peu, et cela établit une différence préjudiciable avec d'autres candidats de métropole. Avant 2011, les candidats n'avaient droit à aucun document, et ce n'était pas plus mal.



QUESTION 3 - Il est écrit que pour l'oral on peut apporter tout livre qui se vend dans le commerce, etc. Mais est-ce que les manuels SPECIMEN seront acceptés ? Car j'en ai récupéré quelques-uns mais parfois ils n'ont pas d'ISBN. Pourtant il s'agit clairement de manuels scolaires. Certains membres du jury vont-ils chipoter ?

Une autre question : est ce que pendant la petite question finale de l'oral 2, le jury peut aussi nous demander des trucs sur le projet du collège 2016 ?

RÉPONSE 3 - Officiellement, seuls les livres qui possède un ISBN et qui ne proposent pas de leçons toutes faites pour l'oral, sont acceptés. Cependant, je pense que la majorité des membres du jury accepteront de laisser utiliser un manuel scolaire en spécimen même s'il manque l'ISBN. Cela me paraît bien raisonnable : après tout, c'est livres sont destinés aux professeurs. Même s'ils proposent quelques compléments d'information dans la marge, c'est documents seront utilisés par les professeurs, donc ne dénaturent pas l'épreuve.

Pour la question finale posée à l'oral 2, normalement il s'agit de questions sur la vie de l'établissement, sur les différents partenaires avec lesquels le professeur devra composer... Mais il ne faut pas oublier que le jury est libre de poser toutes les questions qu'il désire. Je pense donc qu'il ne va pas se gêner pour demander ce que l'on sait de la réforme du collège 2016.

De plus, actuellement, les jury du CAPES ont une bonne proportion d'inspecteurs de l'éducation nationale. Ces inspecteurs travaillent sur cette réforme du collège 2016, pour l'interpréter, pour bien comprendre ses objectifs. Il faut donc s'attendre à ce genre de questions, et savoir en gros quels sont les nouveaux objectifs définis dans cette réforme. On fera bien sûr attention à être très diplomate. Ce n'est pas le moment de dire ce que l'on pense vraiment de la réforme, mais de mettre en valeur les points clés de celle-ci : la création des épis, ces enseignements pratiques interdisciplinaires, qui compteront pour trois heures par semaine dans les classes de cinquième, quatrième et troisième.  La disparition des classes européennes et des langues anciennes ne devrait pas être abordé dans le cadre de ces oraux. Mettez en avant des principes d'égalité entre tous les élèves, et de mixité sociale ! Avec le développement durable, il s'agit de la tarte à la crème de ces dernières années, et il faut s'en gargariser (un peu et au bon moment !).

Pour être recruté, et ensuite pour vivre son stage convenablement, il vaut mieux montrer de l'enthousiasme pour les choix pédagogiques visant à placer l'élève au centre du système scolaire et à travailler en utilisant systématiquement des activités. C'est exagéré, et même dangereux quand on suit une ligne idéologique dont les fondements ne sont pas prouvés, bien au contraire, mais un candidat doit se faire un peu violence et composer. Plus tard, quand il sera titulaire, il pourra au moins essayer de travailler dans sa classe en suivant les méthodes qui lui paraissent les plus efficaces, et en continuant à composer avec le réel, c'est-à-dire, tout ce qu'il ne peut pas changer (horaires dans la discipline, obligation de concertations inutiles et handicapantes, programme bidon,...).

Le candidat se doit d'être courageux et diplomate. Il devra servir un discours académique, pourra relativiser certains choix mais sans jamais estimer qu'il y a d'un côté le vrai, et de l'autre le faux. Il ne faut pas surtout pas ouvrir une polémique à cet endroit : ce n'est pas le moment.

Ah ! Et pour l'oral, ce qui compte beaucoup, c'est de montrer sa capacité d'écoute du jury, et sa capacité de réfléchir si celui-ci évoque une piste de réflexion. Bref, il faut dialoguer et s'entendre, ce qui sera toujours important plus tard dans une classe : là on ne risque pas de se tromper.

Bon courage dans votre préparation mathématique, ou là, le candidat s'attachera à être d'une honnêteté remarquable. Pour le reste : la fin justifie les moyens, et on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre.


QUESTION 3 (suite) - Je vous écris car une interrogation subsiste sur un sujet : les livres du professeur. J’entends des témoignages contradictoires de toute part sur leur utilisation autorisée ou non aux oraux du CAPES. Bien que ce ne soit pas l’idéal de se reposer là-dessus, je le conçois, ce serait un temps gagné non négligeable dans la préparation et le jour J : reste à savoir si le risque est réel ou non d’en être privé. Avez-vous plus d’informations là-dessus ? Des témoignages ? Votre sentiment sur la pratique peut-être ?

RÉPONSE 3 (suite) - Non je n’ai rien entendu à ce sujet. Pas de témoignage de Mégamathiens jusqu’à présent aussi. Donc pas d’informations. Mais quand même, ce serait culotté de refuser des manuels scolaires dédiés aux professeurs. Ce serait pour ne pas avoir accès aux corrigés s’ils y sont entièrement, pour ne pas dénaturer l’épreuve ? Mais ce n’est pas dit dans le règlement. On n’est pas beaucoup plus avancés...

Personnellement, comme les livres d'exercices corrigés du secondaire ne sont pas interdits, je ne vois pas pourquoi on interdirait d'utiliser des livres du professeurs avec des indications de réponses sur les exercices. Où on interdit TOUS les livres, ou on les autorise tous.  De plus, comme la décision finale d'interdiction ou d'autorisation du livre revient à un seul membre du jury qui regarde le livre que l'on sort du sac au moment où on le sort, cette décision dépendra d'une personne, et je peux imaginer qu'un jour tel livre sera autorisé, mais qu'un autre jour il ne le sera pas. J'imagine ici un manquement possible à l'égalité de traitement des candidats.

Ah ! Je viens de recevoir une réponse d'une personne autorisée qui désire nous éclairer sur la question de savoir si les SPECIMEN et les livres du professeurs sont autorisés à l'oral du concours. La réponse est OUI. Voici :
L'idée de préserver l'esprit des épreuves vise à maintenir l'équité entre les candidats et non à les mettre en difficulté. Autrement dit, l'idée est que les ouvrages utilisés par le candidat sont supposés l'aider dans sa préparation, mais ne doivent pas se substituer à cette préparation. C'est aussi simple que cela.

Un spécimen sans ISBN par ailleurs identique à un manuel du commerce serait bien entendu accepté de même qu'un livre du professeur pourvu que ce dernier soit, lui, pourvu d'un ISBN. Ce qui est refusé c'est un ouvrage de préparation au concours contenant de façon spécifique des exemples d'exposés ou de leçons.

Pour citer un autre exemple de publication dont l'usage serait contraire à l'esprit des épreuves, on pourrait imaginer qu'un candidat regroupe diverses notes sur le concours, personnelles ou non, et en fasse un ouvrage personnel pour lequel il demanderait et obtiendrait l'attribution d'un ISBN en tant que particulier. 
Il va de soi que la présidence du concours n'hésiterait pas à interdire l'usage d'un tel ouvrage. Cela explique pourquoi le jury s'interdit d'établir une liste exhaustive de cas d'interdiction, mais soyez persuadé qu'il ne s'agit nullement de piéger les candidats.


QUESTION 4 - Bonjour. Je me permets de vous écrire car une question me taraude. J'ai validé mon M1 MEEF maths cette année et je suis admissible au capes. Cela dit, je ne souhaite pas continuer mon M2 dans mon académie. Je sais que le fait d'avoir mon CAPES cette année va m'obliger a rester dans cette académie. Pensez vous que si je fais en sorte de ne pas valider mon CAPES et que je m'inscrive au CAPES dans une autre académie en septembre fera que je poursuivrais mon M2 autre que dans mon académie dans laquelle j'ai eu mon M1 MEEF ?

RÉPONSE 4 - Bravo pour votre admissibilité, c’est une bonne chose de faite. Oui, en général on continue son Master 2 dans l'académie ou à l'a commencé. Vous devez avoir des raisons personnelles pour vouloir changer d'académie en plein milieu de votre Master.

Si vous réussissez les épreuves d'admissibilité cette année, vous êtes tenu de travailler votre Master 2 l'année suivante, et normalement dans le même ESPE que celui où vous avez décroché le M1. Mais après tout, il n'est pas interdit de penser que, compte tenu de raisons familiales particulières, vous ayez besoin de vous inscrire dans un autre ESPE pour passer ce M2. Le problème, c'est qu’actuellement tous les ESPE sont en phase de recrutement. Il faudra faire vite pour déposer un dossier dans votre nouvelle ESPE, en espérant que celle-ci vous accepte en M2. Avez-vous posé la question à la scolarité de votre établissement ? Vous pouvez aussi essayer de téléphoner à votre nouvel établissement pour prendre des renseignements.

Les inscriptions à un ESPE sont toujours traitées par une commission d'admission, si bien qu'on n'aura jamais l'assurance qu'une candidature soit acceptée. Mais c'est à essayer. Il faut vraiment se renseigner au niveau des scolarité de ces établissements.

Quoi qu'il en soit, vous avez réussi l'écrit du concours, et donc je vous conseille de passer l'oral dans tous les cas, pour avoir une chance supplémentaire d'être admis. Vous essayerez de traiter cette difficulté au mieux après avoir obtenu le CAPES, quitte a demander au ministère s'il est possible de conserver le bénéfice du concours sur deux ans au lieu d'un an.

C'est tout ce que je peux vous dire. Je n'ai pas beaucoup d'informations à ce sujet. Je vais recopier cette réponse sur MégaMaths, et on ne sait jamais, peut-être qu'un lecteur aura déjà été dans ce cas et nous éclairera. Je souhaite que tout s’arrange pour vous. En attendant, passez vos oraux  !

Réponse de Célia Fantini - Un seul conseil : appeler le numéro sur le site SIAL (01 55 55 54 54) car cette année, les titulaires d'un M1 MEEF sont assurés de rester dans leur académie. A voir si une dérogation est possible, mais j'en doute fort, à moins de pouvoir faire des vœux sur 6 académies...




QUESTION 5 - Bonjour Dany-Jack. Je reviens vers vous pour reprendre du courage... Je vous rappelle que je présente le 3e concours. Je me demandais : que se passe-t-il si je n'arrive pas à résoudre l'exercice proposé, je veux dire, la partie dont je dois présenter la correction comme devant une classe ? Est-ce synonyme de l'échec ? J'espère en particulier ne pas tomber sur de l'arithmétique car je ne suis pas du tout à l'aise... Anne, dont la tension monte !

RÉPONSE 5 - Bonjour Anne. Ben, c’est sûr, ne pas y arriver fera transpirer à grosses gouttes : je m’imagine dans ce cas... Normalement on doit pouvoir le résoudre, après si vraiment on n’y arrive pas, c’est un point négatif qui en tâche l’oral, mais comme dans toutes les épreuves orales, rien n’est vraiment décisif et tout peut changer.

L’oral, c’est vivant ! Même trop vivant parfois. On discute, on pose des questions, on y répond, cela part dans un sens ou dans l’autre. On peut très bien rater une question en théorie éliminatoire, et pourtant s’en sortir avec une note moyenne et réussir le concours... Cela dépend aussi de ce qu’on raconte après avoir chuté !

Je me rappelle d’une de mes étudiantes d’il y a un ou deux ans qui m’a dit qu’à la première question posée par le jury après son exposé, elle est restée figée, et ne pouvait pas y répondre. C’était au sujet d’un passage qu’elle avait écrit je crois bien. Le jury continue de lui parler de ce passage, essaie de l’éclairer, sans succès. Puis le vide : le jury la laisse sans questions au tableau à charge pour elle de trouver quelque chose à dire. Silence mortel. C’en est trop, les larmes lui montent aux yeux, notre candidate dit alors qu’elle ne veut plus de cette question, qu'elle n'en peut plus, et demande de passer à autre chose. Elle était prête à partir en claquant la porte... Eh bien, elle l’a eu, son CAPES, car la suite de l’entretien s’est déroulé comme il fallait !

Moralité : on peut chuter, mais on peut aussi se relever ! Le chemin n’est pas fait d’un seul pas.

Bon courage.

Personnellement, ne pouvant pas supporter les derniers instants avant un examen ou un concours, les 5 derniers jours étaient ceux où je glandais le plus : télévision, lecture, BD, sport mais sans se casser quelque chose bien sûr. Ce n'est pas le moment de faire de l'escalade... Quand on est trop sur les nerfs, même les exercices les plus sympathiques finissent par devenir opaques : j’ai vécu ça. Alors je m’arrêtais, sauf si je pouvais vaincre cette opacité en me référant à mes dossiers, mais un peu, pas trop. Ce n’est pas le moment de se détruire alors que la mise à feu n’a pas commencer. Ce n'est pas le moment de se donner des travaux insurmontables. Il faut relativiser.

Hum, s’en remettre à la nature ! Alea jacta est... Cela m'a aidé. Et tout le monde sait que l’on ne se prépare pas deux jours avant les épreuves, mais bien toute une année (dans le meilleur des cas) avant le concours ! Au final, un jour de plus ou de moins ne changeront rien à l’affaire.

Je relativise un peu quand même : l'attitude de chacun dépend de son caractère, et je connais aussi des histoires de candidats qui révisent jusqu’à la dernière minute, et... tombent sur ce qu'ils étaient en train de potasser la minute suivante, devant le jury ! Moi je n'aurais pas pu. Mais tous les chemins sont possibles.

L'important est d'y croire, et surtout de ne pas se mettre des bâtons dans les roues. Dès que le moral flanche, se dire d'arrêter. La technique du STOP chère dans certaines traditions spirituelles, ça fonctionne. STOP : arrêter de se torturer. STOP : arrêter d'entendre la petite voix qui susurre que l'on a tout raté. Pas du tout : tout est possible !

Avanti ! Et relax !



QUESTION 6 - Tout d'abord, je tiens une nouvelle fois à vous remercier pour votre premier message ou vous me disiez que je pouvais m'inscrire au CAPLP math sciences avec un Bac C 92. En effet et à ma grande surprise, je me retrouve admissible. Je n'y croyais vraiment pas et je n'ai pas ouvert un livre depuis début Avril. D'une part car j'avais le sentiment de m'être planté (nuit blanche juste avant l'épreuve de sciences car mes deux petits étaient malades). D'autre part, à cause d'intempéries, j'ai été submergé de travail.

Le travail amont de révision sur l'épreuve Bac S puis à partir des anciens sujets (en me servant de votre livre pour me corriger et/ou comprendre) m'a donc été très profitable

Maintenant, il me faut préparer les épreuves d'admission. Or là, je ne sais pas quoi faire. Je lis sur les forums que cela ne sert à rien de préparer des fiches ou de se remettre à fond dans les cours. Qu'il faut y aller sur de soi et que tout est déjà sur place avec la bibliothèque. Que pourriez vous me conseiller je vous prie ? Comment puis je mettre le mieux à profit les deux trois semaines qu'il me reste sachant que la semaine prochaine est pour moi fini à cause du gros travail qui m'attend professionnellement.
Quels livres prendre pour intégrer les différents concepts de cours ? Comment répond on au plus juste aux deux épreuves ?

Enfin, je vais m'imprégner des différents rapports de jury mais ceux d'avant 2013 sont ils encore pertinents ? Pour moi oui mais j'aimerai avoir votre avis pour ne pas perdre de temps ?

Merci encore pour votre soutien initial et pour votre livre.

RÉPONSE 6 - Un mot juste pour vérifier : vous avez un master au moins ? Parce que actuellement il faut un master pour pouvoir valider son CAPLP si on le réussit. Ou alors on conserve l’avantage de sa réussite au concours pendant un an pour... terminer un M2.

Oui, travailler sur le BAC S donne des résultats pour une “remise en selle”, surtout avec les épreuves actuelles qui demandent moins de connaissances que les précédentes.

Deux semaines c’est peu, donc il faudra aller à l’oral en priant de tomber sur les quelques leçons où l’on a le plus de choses à dire. Il faudra aussi utiliser les livres du secondaire pour insister sur les activités, TICE ou non TICE, à proposer, qui sont peut-être plus à portée. Enfin, il faudra se dire qu’aller à l’oral sans être préparé peut aussi être considéré comme un entraînement, une façon de voir in situ comment un oral se passe.

Lisez les derniers rapports du jury disponibles celui de 2014 est ici. Les anciens rapports peuvent donner des indications sur la façon de réagir à l’oral et préciser des attentes du jury, mais il faut les lire en les mettant en perspective car l’épreuve a encore évolué.

Regardez les liens suivants :
Petites questions sur l'oral de juin / Je pensais ne pas être admissible 
Et vogue la galère pour les prochaines épreuves orales... Bonne chance !

QUESTION 6 (suite) - Merci pour votre réponse. Non je n'ai pas de master, même pas une licence. Je suis dispensé de diplôme au motif que j'ai 4 enfants mais j'ai aussi une expérience professionnelle très variée: ancien sous officier (électrotechnique et Maître nageur), ancien opticien lunetier (niveau BTS optique Lunetterie) et maintenant Technicien en chef dans un ministère. J'ai un titre 3 de certification professionnelle. Je  suis depuis 6 ans le fils de madame en math et un peu moins en physique et j'espère qu'il va intégrer une CPGE en MP là la rentrée prochaine.

J'ai beaucoup travaillé les math de septembre à novembre (naissance du petit dernier) ou j'ai mis tout de coté, trop de fatigue. J'ai repris les révisions pour le CAPLP fin mars durant les 15 jours précédents le concours; les seuls que j'ai pu dégager au niveau travail.Je me suis entraîné au début à partir de livres de math Bac S 2005 puis en mars à partir de votre livre et des annales du concours en sciences physiques.

Une dernière question: puis je prendre des livres comme pour le CAPES, en particulier des livres de Bac C de 1982 ?

Tout comme pour l'écrit, je vais aller à l'oral en toute décontraction, pour voir. Je vais donc m'imprégner du rapport du jury pour être pile dedans et compter sur mon expérience professionnelle ainsi que ma rigueur dans l'exécution des tâches pour convaincre.


RÉPONSE 6 (suite) - Ah je me rappelle maintenant. Ouf, c’est bien ainsi. Votre parcours est riche, et vous avez toutes vos chances. N’investissez pas sur des livres du BAC C de 1982, sauf quand vous voudrez faire de vraies mathématiques. Ce qu’on demande maintenant est plus édulcoré, il faut utiliser les TICE, mieux se débrouiller pour présenter les choses, mettre l’accent sur ses qualités pédagogiques.

Des livres du secondaire en pdf seront placés sur les ordinateurs, du moins au CAPES. Faites des copier-coller dans un un document Open Office pour agrémenter l’exposé et donner des exemples d’activités. Utilisez Open Office pour marquer votre plan et le projeter, penser à Geogebra et Algobox.



QUESTION 7 - Je passe l'oral du CAPES dans quelques jours, et il y a quelque chose que je ne comprends pas en lisant votre document sur les systèmes d'équations. Si on se place au lycée, résolution d'un système 2x2 par substitution ou combinaison linéaire, je ne vois pas où on perd l'équivalence des systèmes. Pour moi, il n'y a pas besoin de vérifier que la solution vérifie le système de départ.

Dans le cas nxn, je ne suis pas sure de bien voir non plus, et je ne trouve pas d'exemple dans lesquels on trouve une solution qui n'est pas vérifiée par le système de départ.


RÉPONSE 7 - Tout dépend en fait de la façon dont on rédigera, et de ce que l’on connaît sur les systèmes linéaires. Au lycée on aura parfois de petits systèmes linéaires 2x2 à résoudre. On connaît la forme des solutions, mais la rédaction "rigoureuse" d'une réponse demande de bien faire attention à penser à la réciproque. Rien n'assure que ce que l'on trouve à la fin est bien solution du système originel, sauf si on a TOUT rédigé en préservant l'équivalence entre les systèmes.

Le titre de la leçon est "Systèmes d'équations et systèmes d'inéquations". il ne parle pas spécialement des systèmes linéaires, sauf si on se restreint à ce cas pour l'exposé. Les questions pendant l'entretien peuvent partir dans un autre sens. Bon courage pour la dernière ligne droite,









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !