Et cette réforme du collège 2016 ?

Au sujet de la réforme du collège qui doit nous tomber dessus, ou disons plutôt sur les gosses, en septembre 2016, et laisse présager un avenir radieux en langues, en français et en mathématiques, voici des informations d'origine diverse.

On s'intéressera aussi à l'évolution du métier de professeur pour faire le point en avril-mai 2015.

1) 20% des élèves sortent du primaire sans maîtriser les savoirs de base, ce n'est plus un scoop, et même en fait on devrait approcher des 40% compte tenu des méthodes utilisées si l'on se reporte aux infographies placées un peu plus bas. Enfin, Jean-Michel Blanquier insiste sur le rôle important de l'école maternelle.

Au passage, les enseignants français se placent parmi les enseignants les moins bien payés d'Europe, l'infographie placée dans la photo ci-dessous est très parlante. On supporte actuellement une crise des vocations, de moins en moins d'étudiants désirent devenir enseignants, les inscriptions en fac de sciences diminuent, mais cela ne semble gêner personne. Tous va bien madame la Marquise...




2) Ah si seulement nos décideurs et le conseil supérieur des programmes avaient voulu tenir compte de ce petit extrait du Point du 22/01/15 : choisissez donc et imposez une bonne fois pour toutes cette méthode syllabique qui est bien la seule à assurer un maximum de succès dans les apprentissages de la lecture et de l'écriture ! 

Répétez encore qu'il est essentiel d'envisager l'apprentissage de certains automatismes en français et en mathématiques, dès le plus jeune âge, pour pouvoir ensuite "libérer le cerveau pour tous les autres apprentissages" ! C'est un spécialiste des sciences cognitives qui le dit. Pourquoi ne trouve-t-on jamais de spécialistes comme Stanislas Dehaene au CSP ?

Bref il faut une reconquête du temps consacré au français et aux mathématiques ! Dia ! La réforme 2016 fait tout le contraire; et continue à déconstruire l'école pour en faire un amalgame où on ne reconnaîtra plus rien : des EPI, deux professeurs en train de parler en même temps dans la classe, et des iPad pour tous afin d'achever d'éparpiller les gosses. On ne sait plus où regarder, mais ce qui est sûr, c'est qu'il sera encore plus difficile aux enseignants de proposer un cours structuré, rigoureux, progressif et amenant la majorité des élèves à un bon niveau. 

Dans l'infographie ci-dessous, regardez le pourcentage d'élèves qui sortent à 17 ans en ne sachant pas lire : une conséquence visible des méthodes globales d'apprentissage de la lecture et de leurs variantes, autant que des choix pédagogique progressistes et abscons que l'on subit depuis des décennies. On récolte ce que l'on sème... 



3) Le collège commun qui assure la réussite de tous : c'est possible, mais ce n'est ni celui des troncs communs à outrance, ni celui des activités périscolaires, comme les EPI, à tout-va pendant la semaine. S'amuser à se filmer pour faire une vidéo qui promeut l'activité handball et y passer 20 heures en cinquième à la place du français et des maths, c'est ubuesque, et ne mènera nulle part. 

Voici une solution plus cartésienne : créer des groupes de compétences et accompagner les progrès de tous les élèves au lieu d’abêtir ceux qui progressent normalement en les obligeant à attendre les autres pendant des années. Faire passer un test pour passer d'un niveau à un autre. Proposer des aides adaptées pour ceux qui ne réussissent pas ces tests : pour qu'il passent un peu plus tard au niveau suivant. C'est le sens de cet extrait :



4) Mais quels sont les syndicats qui approuvent tous ces derniers textes ? Accrochons-nous un peu. Le socle du collège a été adopté le 12 mars 2015 et un seul syndicat a voté contre. Mais alors tout le monde est d'accord avec cette réforme 2016 du collège, n'est-ce pas, et même la majorité des enseignants ? C'est étonnant quand on voit certains remous sur internet, même si l'on trouve beaucoup d'enseignants qui appellent la réforme de leurs voeux, comme ceux du SGEN. Sans parler des parents de la FCPE qui adorent la nouvelle tendance en éducation ! 

Voici les positionnements pendant le vote au CSE : 



Pas sortis de l'auberge. En fait on vient à peine d'y entrer. Conservez la méthode Boscher sous la main : les parents soucieux de leurs enfants devront toujours plus s'occuper de leur enseigner les apprentissages fondamentaux, et les écoles privées devraient fleurir dans les années à venir pour répondre à la demande.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !