Oral CAPES maths : on peut réussir après un premier oral difficile, mais avec beaucoup de courage !

Voici un compte rendu d'oraux du CAPES qui montre qu'il faut s'accrocher et surtout aller passer son second oral même si on sent que la première épreuve d'oral a été ratée. On ne peut jamais savoir comment évolue une épreuve orale, et il faut tenter sa chance, en prenant sur soi, et en étant très courageux. Le jeu en vaut la chandelle : haut les coeurs ! Si cela ne passe pas, tant pis, mais si cela passe : alléluia ! Voici un retour qui montre que cela peut payer de s'accrocher et de se battre jusqu'au bout sans donner prise au découragement :


Bonjour,

Comme convenu, je vous fais un retour sur ma préparation au CAPES en espérant que cela pourra aider de futur candidats. De formation ingénieur, j'ai quitté mon poste fin octobre 2016 pour me consacrer pleinement à mes révisions. J'ai fait PCSI/PC de 2008 à 2010, ce n'est pas très lointain mais plus tout récent non plus… J'ai révisé avec mes cours de prépa et le livre « Probabilités pour la prépa » de Paul Pichaureau (à mon époque je n'ai pas fait de probabilités après mon Bac), mais aussi vos trois livres PREPA CAPES 2017, et j'ai obtenu 12.24 et 11.56 aux écrits. Ce n’est pas énorme mais c’était près du double de la barre d'admissibilité.

Pour les oraux, j'avais préparé les 38 leçons (exercices d'application compris) ainsi que les sujets de 2014, 2015 et 2016 pour l'oral 2. J’ai passé de grosses journées de révisions !

Arrivée à Nancy début juillet, j’ai donc eu du temps pour ne faire aucune impasse et tout réviser : démonstrations comprises pour chaque leçon ou chaque thème.



Oral 1 - J'ai tiré « Loi binomiale /Droites dans le plan, droites et plans dans l’espace ». J'ai choisi la loi binomiale que j'ai présentée en 17 minutes. Mon plan : schéma et épreuve de Bernoulli, coefficients binomiaux (avec triangle de Pascal), loi binomiale, approximation par d'autres lois, applications.

La première question qui m’a été posée était de démontrer mes énoncés. J'ai précisé qu'il existait deux méthodes de démonstration, une au niveau lycée, l'autre au niveau supérieur. Je commence ma démonstration niveau lycée que j'écris au tableau. Et là c'est le drame, je me suis totalement embrouillée dans ma définition de coefficient binomial en parlant du nombre de succès menant à n chemins ou quelque chose comme çà ! Le jury a tenté tant bien que mal de me faire dire « que dans n épreuves de Bernoulli, le coefficient binomial est défini comme le nombre de chemins conduisant à k succès (k étant un entier entre 0 et n). » je voyais bien qu’il y avait un soucis puisqu’ils ont insisté pendant 30 minutes sur ce sujet, et moi j’ai commencé à perdre mes moyens… Ils m’ont ensuite demandé de démontrer cette formule au niveau supérieur, avec les factorielles, pour cela je n’ai pas eu de problème mais je restais perturbée par ce que j’avais fait, et j’ai été très « renfermée ». J’ai passé les portes du lycée et me suis effondrée en larmes !

Le lendemain j’ai croisé la visiteuse qui assistait à mon oral et qui m’a confirmé que j’ai été déstabilisée pour vulgariser la situation « ce que je pensais n’était pas du tout ce que je disais et je ne m’en suis pas rendue compte ». Il m’a fallu plusieurs heures pour me remotiver, en me disant qu’il restait un second oral et que rien n’était joué !

Le lendemain j’étais convoquée à 7h pour l’oral 2. J’ai eu le sujet où « un scientifique propose de choisir un nombre à 3 chiffres tous différents, de créer un nombre maximal puis un minimal avec ces 3 chiffres, les soustraire et effectuer cette opération 5 fois. Pendant ce temps le scientifique propose de deviner le nombre final ».

J’ai présenté les productions d’élèves, leur réussites, leurs échecs, puis j’ai corrigé l’exercice tel que devant une classe de seconde en mettant des couleurs sur le tableur que je présentais, en insistant bien sur certains points (inégalité stricte dans l’exercice) et sur le fait de conclure en répondant à la question posée. J’ai présenté deux exercices sur la prise d’initiative, le premier sur les complexes, le second en géométrie avec un exercice possédant 4 méthodes de résolution du cycle 4 à la seconde. J’ai bien appuyé sur le terme cycle 4 pour être interrogée dessus lors des missions du professeur, et ça n’a pas manqué ! On m’a demandé les grands axes de la réformes de 2016, comment gérer les programmes, etc.

J’en suis sortie bien plus satisfaite ! J’ai attendu deux jours les résultats et les notes étaient très représentatives de mon ressenti : 7,60 et 19,60 ! Il a ensuite fallu gérer le stress lié à la publication des résultats comme vous le savez… En espérant que mon expérience pourra aider de futurs candidats.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Le travail caché des professeurs : listes incroyable des réunions imposées pendant l'année !