Est-ce une bonne idée de choisir l'option informatique au CAPES maths ?

Photo prise en Guadeloupe par DJM
Voici quelques questions posées par un ingénieur en informatique et concernant le CAPES de mathématiques 2017. Ces questions peuvent intéresser d'autres futurs candidats, et certains capésiens qui ont déjà vécu ces problèmes de mutation intra ou hors département de la Guadeloupe, pourront commenter ce billet pour donner leur point de vue et leur expérience.


QUESTIONS posées ce 5 janvier 2016

(...) Après avoir fait une prépa BCPST (prépa bio) et une école d’ingénieur, je suis ingénieur en informatique depuis 2008. Toutefois, comme beaucoup de gens qui vous écrivent, je ne m’épanouis plus dans mon travail, et j’envisage très sérieusement une reconversion, et donc de tenter de passer le CAPES de Mathématiques en 2017. 

J’ai donc été très intéressé de découvrir l’existence de la nouvelle option informatique, qui pourra peut-être me permettre de valoriser une partie de mon expérience professionnelle. Ma première question concerne donc cette option : est-ce une bonne idée de la choisir ? Ne risque-t-on pas d’essuyer les plâtres (pas d’annales, pas de recul, etc.) ? Si je m’inscris à un ESPE, les cours seront-ils adaptés en 2016-2017 pour prendre cette option en compte ?

Deuxièmement, il se trouve que je suis originaire de Guadeloupe (où j’ai grandi et effectué toute ma scolarité), et que l’un des buts de ma reconversion serait justement de pouvoir y enseigner. J’envisage d’ailleurs de revenir en Guadeloupe (...) pour préparer et passer le CAPES, et éventuellement de m’inscrire à l’ESPE en prépa concours. C’est en parcourant votre site Megamaths que je me suis rendu compte que vous y enseigniez justement ! Je voulais donc profiter de la situation pour vous poser des questions spécifiques aux futurs enseignants souhaitant exercer en Guadeloupe.

Quelles sont les chances d’obtenir un stage en Guadeloupe ? Et un premier poste ? Le bonus de 1000 points si « le centre des intérêts matériels et moraux est fixé sur le territoire » est-il suffisant ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que cela signifie réellement ? Puis-je y prétendre si je retourne en Guadeloupe pour passer le CAPES et que mes parents et beaux-parents y résident ?

Désolé pour cette avalanche de questions dont vous n’avez probablement pas toutes les réponses. Sachez en tout cas que votre site Mégamaths a déjà répondu à beaucoup d’autres interrogations que je me posais.

Merci d’avance, (...)



REPONSES 


(...) Si l’on a de bonnes compétences et des savoirs de niveau master 1 en informatique, cela pourra être intéressant de choisir l’option car cela représentera la moitié des épreuves du CAPES. Evidemment, le problème sera d’imaginer que l’on peut avoir un niveau M1 en maths et aussi en informatique lorsqu’on répondra aux questions des jurys d’oraux, car ces questions pourront aller jusqu’à ce niveau, ce qui n’est pas rien.

Ce n'est pas réaliste de marquer dans les programmes du CAPES 2017 que les questions aux oraux pourront aller jusqu'au niveau M1 pour les deux disciplines, car cela voudrait dire que le candidat a réellement passé deux masters, l'un de mathématiques et l'autre d'informatique. Mais pour le ministère, on ne fait pas dans la dentelle, et on fait comme si c'était possible... 

Une inconnue : comme les deux options seront classées par les notes obtenues sur des épreuves différentes, je pense qu’on ne peut plus prévoir quoi que ce soit. Imaginez si nos collègues d’informatique mettent des notes somptueuses (ou le contraire) alors que les autres collègues notent “normalement”. Les résultats pourraient être déstabilisés et injustes à n’importe quel moment, les épreuves et les correcteurs n’étant plus les mêmes. On choisira donc ce que l’on veut puisqu’on ne pourra jamais réellement maîtriser de tels paramètres.

Certains ESPE proposeront des préparations à l’informatique dès 2016-17, ce qui aura pour effet de baisser de moitié la préparation aux épreuves de maths. En Guadeloupe j’espère que non pour des tas de raisons : d’abord la faiblesse des effectifs, donc l’impossibilité d’assurer qu’une telle formation pourra fonctionner en atteignant au moins 5 inscrits, ensuite pour le surcoût que cela représentera pour notre établissement, à faire venir des collègues d’informatique de la fac pour au moins 200 heures d’enseignement ! C'est bien cher payé pour un petit impact...

Les lauréats du CAPES de l’ESPE Guadeloupe font en général leur stage en établissement sur place dans le cadre de leur M2 ou lorsqu’ils ont été des prépa concours à l’ESPE. Assez souvent les postes de capétiens suffisaient pour les faire rester dans l’île, mais j’ai entendu dire cette année que les nouveaux titulaires du CAPES maths, actuellement en stage lourd en responsabilité, ne devaient pas s’attendre à rester ici l'année prochaine. Il n’y a donc pas eu suffisamment de postes de libérés. Il y a eu beaucoup de succès dans notre académie en 2015, et les postes semblent manquer actuellement pour caser tout le monde. L’année passée, j’ai aussi connu des étudiants qui étaient partis en métropole faute de postes...

Il y a effectivement des points spéciaux pour retourner en Guadeloupe si l’on a été muté en métropole et si l'on a ses intérêts dans l'île. Je ne connais pas les détails de ces attributions, et il faudra chercher sur internet ou demander à des syndicats. Mais là encore les choses peuvent changer d’une année à l’autre, suivant le nombre de personnes qui ont ce bonus et désirent revenir. Voilà tout ce que je peux dire. Des Mégamathiens qui ont vécu ce passage du fonctionnaire stagiaire au fonctionnaire titulaire pourront peut-être donner leur expérience en réagissant en bas de cet article.

En conclusion : si vous envisagez de passer le CAPES en 2017, comme vous êtes ingénieur en informatique, il semble normal de choisir cette option et de compléter la formation en maths. Et passer son concours en Guadeloupe devrait permettre d'effectuer son année de stage dans l'île, mais sans assurer quoi que ce soit au moment de la titularisation où les mutations envoient les lauréats sur les postes vacants au niveau national, le nombre de recrutements étant fonction du volume des postes à pourvoir sur l'ensemble du territoire.

Quoi que vous choisissiez, commencez très tôt à potasser les programmes et vous lancer dans des lectures de livres ciblés, car tout ce qui est fait est fait, et l’année de préparation passe toujours très vite.

Bon punch dans votre projet !
Avanti ! 

Commentaires

  1. Pourquoi le CAPES de maths alors qu il existe le CAPET eco gestion option conception de système d information qui permet d enseigner réellement l informatique en lycée alors qu avec un capes de maths on peut être affecte en collège.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont un peu FADAS en fait. Les sciences sont sacrifiées au lycée. Un CAPES d'informatique avec une vraie initiation à l'informatique pour ceux qui le désirent au lycée, et dans une filière scientifique qui soit vraiment une filière scientifique (donc en supprimant des tas d'autres enseignements inutiles dans ce contexte, car on sait bien que l'on ne peut pas TOUT faire, ou bien tout très mal) serait la meilleure solution.

      Mais actuellement on ne peut même pas en rêver. Une exemple : chaque trimestre on fera passer des heures aux étudiants sur les langues étrangères en master MEEF, pour ceux qui désirent être professeurs de maths en France et enseigneront SEULEMENT en Français pour des petits Français. Mais "on" est content de ce choix formidable et progressiste. Ah ! Ah ! Ah !

      Supprimer
    2. En fait ce n'était pas une bonne idée, car ils éliminent systématiquement ceux qui prennent l'option informatique à l'écrit.

      Supprimer
    3. C'est étonnant quand même, car le but du ministère était de pourvoir plus de postes de professeurs de mathématiques grâce à un afflux de candidature au CAPES. Les jurys devraient donc être appelés à plus d'indulgence.
      Ou alors il y a eu trop d'erreurs graves (du point de vue de la rigueur des mathématiques) relevées dans certaines copies, ce qui est (normalement) toujours sanctionné. Les problèmes de rédactions imparfaites sont toujours des sources de soucis, pour ne citer qu'eux...

      Supprimer
    4. En fait, je ne suis pas diplôme en math.
      A la deuxième partie uniquement mathématique je n'ai fait qu'une partie du devoir, et j'ai une note très correcte, et très très supérieur à la partie info. En informatique, ils massacrent (et je suis sur de mes réponses vue mon niveau en informatique).
      Ils n'y a pas de pb de rédaction, car pour un concours SII info j'ai eut une super note ...
      En info c'était des algo à donner, donc pas de "rédaction" litigieuse.

      Supprimer
    5. Cela est bien bizarre, car leur but n'est pas de massacrer les candidats, surtout si on veut ouvrir la porte aux informaticiens. Il faudra être attentif à ce qui sera officiellement raconté sur les rapport du jury 2017 quand il sortira.

      Supprimer
    6. J'ai demandé ce qui n'allait pas, et je n'aurai que ma copie en septembre, malgré que toutes les copies sont numérisées.
      J'ai demandé une vérification de la corection et elle a été refusé car le jury ne faisait pas d'erreurs.
      J'ai demandé pourquoi en ayant pratiquement tout juste on pouvait être éliminé.
      On ma répondue que "l'évaluation prenant en compte des critères nombreux et variés".
      Ils précisent qu'il n'y a aucune annotation sur les copies etc...
      En fait on ma dit que je n'avais qu'à rester contractuel au smic.

      Supprimer
    7. Oui, en général il n'y a pas moyen de voir quoi que ce soit sur la copie, puisqu'on interdit qu'elle soit annotée. Dans le passé d'autres candidats au CAPES ou à l'agrégation interne ont demandé leurs copies, mais on ne pouvais vraiment rien en tirer. Tous ce que le jury peut faire en cas de contestation après les notes d'oral, par exemple, c'est de vérifier si le report de notes est correct. Le jury est souverain.

      Supprimer
    8. Bonjour,
      Pour ma part, j'ai choisi l'option informatique. J'ai un niveau que je qualifierai de très moyen en mathématiques et en informatique. Je n'ai pas vraiment préparé les écrits. Je suis admissible. Mais je pense que je n'ai pas obtenu la moyenne, donc je dois carburer pour les épreuves orales...

      Supprimer
    9. Voilà une bonne nouvelle. Bonne chance pour les oraux :)

      Supprimer
  2. Ce manque de transparence (voir d'opacité complète) est plus à créer les suspicions, plutôt que de comprendre ce qu'ils attendent.
    Toujours est il, que d'avoir une note très supérieur dans une matière (la moitié du devoir de fait) que je ne maitrise pas, et une note catastrophique alors que le sujet on le maitrise, me choque profondément.
    Donner aucune explications, ne pas annoter les copies, ne pas donner les critères de correction, ne pas donner les points par question, etc... laisse pantois.
    On m'a même dit que j'étais trop bon, et je n'aurai pas du finir le devoir...
    Bref, je soupçonne la volonté de caser les élèves des filières normales, ou ils sont surveillés par les statistiques de réussites...
    Ceci me parait très néo-stalinien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas qui a pu vous dire que vous étiez trop bon, parce que là c'est aberrant.

      Quoi que je connais un ami qui a passé le CAPES il y a une dizaine d'année environ, et qui avait une thèse sur les graphe. Il venait de normale sup. Il a obtenu une note très moyenne sur la leçon sur les graphes où il était tombé en oral 1, mais une excellente note sur l'épreuve d'oral 2 qui traitait des barycentres, alors qu'il avait présenté quelque chose qui l'intéressait moins et qui, d'après lui, était très "bateau". C'est mystérieux quand même... Il a eu son CAPES, mais a démissionné pour faire autre chose dans la finance.

      Il existe des critères qui sont habituellement ceux de l'enseignement : qualité de la rédaction, clarté des explications, enchaînement logique, bonne écriture et sans fautes d'orthographe, rigueur du raisonnement... Et c'est sans doute cela qu'on a du mal à percevoir.

      Par contre non : les correcteurs n'ont pas accès aux provenances et aux cursus des candidats dont ils corrigent les copies. Donc il ne faut pas penser à une attitude qui viserait à "saquer" certains et pas d'autres : un concours est construit pour proposer une égalité totale des chances devant les épreuves et les corrections. C'est d'ailleurs ce qui en fait le mode de recrutement le plus "juste" si l'on regarde comment on peut recruter ailleurs...

      Courage. J'ai vu beaucoup de candidats qui rataient sévèrement une année, puis réussissait largement l'année suivante. Cela existe.

      Supprimer
  3. Je ne pense pas qu'il y ait égalité total des chances puisque je suis sur de mes réponses.
    Quand à l’orthographe, il n'y avait rien à écrire, (au fait "les graphe" --> il manque le s).
    Et je ne vois pas comment, à deux épreuves l'une derrière l'autre, pour lesquelles j'ai rédigé de la même façon: je n'ai écrit que les réponses et formules, je passe d'une note correcte pour la moitié du travail, à une note incohérente, ou j'ai tout fait et juste.
    Par contre, je reconnais la façon de rédiger de mes élèves, ou de ceux qui ont suivi mes cours, rien qu'à la façon de répondre.

    RépondreSupprimer
  4. Pas de réponse ????
    La vérité a cloué le bec !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais plus quoi vous dire...

      Supprimer
    2. Il n'y a justement rien à dire: c'est complètement aberrant.
      Je ne suis pas quelqu’un qui aime les polémiques, mais avouer tout de même que c'est du grand n'importe quoi.
      Si le mode de recrutement c'est d'éliminer les meilleurs pour garder que ceux qui sont juste capable de faire les algorithmes simples (qui étaient pratiquement donnés) , mais incapable de raisonner pour ceux un peu plus difficile, comment pourront ils enseigner correctement ?
      C'est de l'avenir des enfants que l'on parle, et de leur formation.
      Je ne suis pas là pour parler que de mon cas, mais bien sur un mode de recrutement qui est inapproprié au vue des évolutions techniques futures.

      Supprimer
  5. J'ai des élèves américains dans ma classe. De temps en temps ils répondent en anglais. Je ne leur mets pas pour autant une note éliminatoire. Je leur donne simplement la traduction pour la prochaine fois.
    En plus, entre le pseudo-code et le Python c'est kif kif bourricot.
    En résumé, c'est comme si à un concours de physique, on élimine Albert Einstein, parce qu'il a écrit sa copie de la main gauche au lieu de la main droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un concours : il y a des règles et pas de transgression. On ne peut rien y faire puisque c'est ce qui assure l'égalité de traitement de tous les candidats.

      Supprimer
  6. Ces règles n'assurent pas l'égalité du traitement, c'est bien là le problème !

    RépondreSupprimer
  7. Bon, franchement, c'est gentil de votre part de me répondre, mais rappelez vous que j'ai une MASTER II, (et d'autres diplômes) en sciences, donc arrêter de me prendre pour un con.
    Ils ont fait le concours pour caser les élèves qui suivent leur cursus, et garder payé au SMIC le plus longtemps possible les autres.
    D'ailleurs sur un autre forum une prof a eut son CAPES au bout de 6 ans, et elle explique son oral.
    Quand on lit sa démonstration, on s'aperçoit qu'elle est toute fausse.
    Il lui ont donné son CAPES à ce moment là (au bout de 6ans car ils sont hors la loi si il l'emploi encore...)
    Tant mieux pour elle, elle le mérite, malgré son erreur, mais ne noyez pas le poisson avec un soit disant concours qui est juste.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne noie pas le poisson. Le concours doit essayer d'être aussi "juste" que possible, et les règles qui y sont inscrites sont à appliquer pour ne pas faire de favoritisme. Après, certaines personnes ont plus de chance que d'autre, et un oral étant un oral, l'appréciation d'un candidat est toujours sujet à des aléas. C'est un phénomène bien naturel selon moi. Un membre du jury doit cependant faire tout son possible pour rester "juste". Tout ce qui est humainement possible.

    Je ne vous prends pas pour un c..., loin de moi cette idée. Je comprends, par empathie, combien cette découverte tardive d'une "injonction" dans l'épreuve d'informatique a détruit votre projet, et j'en suis désolé ! Mais cela arrive souvent, d'après les comptes rendus que je reçois. Et mes étudiants vont aussi affronter l'oral et tous les aléas qui y sont associés. Je me rends compte de ce que c'est.

    J'ai passé le CAPES il y a longtemps, et réussir en 1979 était difficile car on passait l'ora len étant sur un "fil" : comme ils ne prenaient qu'un candidat sur 10, il suffisait de faire une grosse bourde pour obtenir une note éliminatoires. J'ai eu pleins de copains et de copines qui l'ont raté alors pour peu de chose, et j'ai eu une chance inouïe de passer.

    On notera qu'aujourd'hui aussi, à l'oral, il y a des réponses éliminatoires, mais il y a plus de postes pour les recrutements. Donc moins d'écrémage pour les jurys. Mais la difficulté existe et ce n'est pas facile, ce n'est jamais facile, de passer un concours...

    Un concours doit être le plus juste possible, sinon... c'est le recrutement à la tête du client, entre soi et en faisant plaisir aux plus puissants. Il n'y a pas de meilleurs choix pour assurer l'égalité des candidats quelle que soient leurs provenances. C'est ce que je pense.

    Les jurys ne doivent d'ailleurs pas savoir qui passe devant eux : s'ils viennent d'un ESPE ou non, car ce serait une faute professionnelle. Il ne faut rien savoir du candidat ! Pour l'écrit, c'est anonymé. Pour l'oral cela doit aussi être le cas.

    RépondreSupprimer
  9. De toute façon, j'ai été dégouté de l'éducation nationale qui est incapable déjà de vous former correctement à l'informatique.
    J'ai mis 4 ans à me former après l'université.
    Ceci va dans le même sens: on prend maintenant les mauvais en informatique,
    et le classement de notre système éducatif va reculer encore.
    Avec maintenant des obsédés du Python, qui enverra les élèves au chômages, qualifiés d'inemployables par les entreprises.
    Vous pouvez raconter ce que vous voulez, les diplômes ne valent plus rien (j'en sais quelque-chose.)
    Quand à éliminer les élèves qui utilise du pseudo code, alors qu'à l'université on ne voit que ça, c'est complètement contradictoire.
    Continuer à croire que votre concours prend les meilleurs, je m'en réjoui, car dans les années à venir, aucun des élèves formés par des professeurs nuls ne me fera concurrence.
    Je pensais bien naïvement pouvoir aider quelques élèves à apprendre VRAIMENT l'informatique.
    Maintenant restez à vous gausser de vos règle et les défendre.
    De toute façon, les élèves ne veulent plus continuer en MASTER II: c'est inutile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous suis sur beaucoup de points. Par contre je continue de penser que le système du concours est le meilleurs système pour ne pas faire entrer le favoritisme et les magouilles dans les recrutements de fonctionnaires. On n'a pas inventé mieux, même si (et peut-être parce que) les "lois du concours" sont un couperet : certaines attentes sont nécessaires pour passer sous les fourches caudines.

      Pour connaître un eu mieux mes positions, vous n'avez peut-être pas visité MégaMaths Facebook en https://www.facebook.com/avantimegamaths, où vous pourrez aussi écrire vos commentaires si vous le désirez.

      Supprimer
  10. Je suis d'accord qu'il faut des règles, mais quand il y a des aberrations, le système permet de faire naître des suspicions.
    C'est le cumule de manque de recours et de transparence, des réponses ...
    je ne sais pas comment les qualifier, tellement elles sont méprisantes.

    RépondreSupprimer
  11. Et je fais remarquer que je parle de l'écrit, et pas de l'orale.
    Tous ce que vous me dite me fait penser que je perd mon temps,
    que de toute façon les dés sont pipés.
    Toutes les réponse que l'on me fait me fait penser que c'est une complète arnaque pour employer le plus longtemps possible les gens au SMIC.

    RépondreSupprimer
  12. Les réponses sont sans queue ni têtes, à coté du sujet (depuis le début je parle de l"écrit) et on me réponds (et vous n'êtes pas le seul) comme si je parlais de l'orale.
    Je ne conseille à personne de postuler comme prof, à moins d'être un mouton docile (sans cervelle ce serait encore mieux).

    RépondreSupprimer
  13. Bon, j'ai reçu ma copie...
    Pour l'instant je ne peux la comparer qu'à une correction donnée par une Université.
    Je m'attendais à avoir fait des erreurs, pour avoir eut une note éliminatoire.
    Et ben non!
    Toutes mes réponses son justes. Même s'il s'agit d'un concours avec classement, comment je peux être éliminé en ayant tout juste ?
    Dany-Jack Mercier dit:
    "Par contre je continue de penser que le système du concours est le meilleurs système pour ne pas faire entrer le favoritisme et les magouilles dans les recrutements de fonctionnaires. On n'a pas inventé mieux, même si (et peut-être parce que) les "lois du concours" sont un couperet : certaines attentes sont nécessaires pour passer sous les fourches caudines."
    Je pense qu'il y a une faille ....
    Si non, s'il n'y a pas mieux, c'est donc impossible de réussir ce concours:
    le nombre de réponses fausses (dont certainement une serait compté juste ?) est infinie, alors que celui des réponses justes est plus limité.
    Et en plus un algorithme juste est un algorithme juste: il fait ce qu'on lui demande.
    Moralité, cette fumisterie n'est la que pour maintenir sous payés les contractuels.
    Conclusion: inutile de vous inscrire au concours externe, vous n'avez aucune chance.

    Il est uniquement là pour vous donner de faux espoirs, histoire que vous bouchiez les trous des postes que des titulaires ne veulent pas.

    Je vous propose de ne pas vous inscrire en 2017-2018, et donc de boycotter ce concours, afin qu'ils comprennent que ils ne faux pas nous prendre pour des pigeons.

    De toues façon, il semble qu'il y ait vraiment peux de réussite, avant 6 ans, et que l'on réussisse comme par hasard la 6ème année !

    A moins qu'il proposent :
    - de corriger correctement les copies de 2017 (comme nous on le fait avec nos élèves, et comme ils le demandent d’ailleurs de le faire)
    - d'envoyer un corrigé détaillé avec ce qui est attendu, de façon précises et démontrées
    - de revoir les corrections de ceux qui le demande, surtout quand votre copie correspond au corrigés.

    Pour ma part, je suis obligé d''aider des collègues titulaires, qui pensent (ou pensaient) que les nouvelles technologies c'est simple, alors qu'ils galèrent avec les bases.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999