Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Une Mégamathienne contractuelle vient de réussir son CAPES interne, session 2015, après beaucoup de travail et de préparation. Ses efforts ont été récompensés, et elle a été d'accord pour me communiquer ce compte rendu sur cet oral à huis clos, pour le bénéfice de tous les futurs candidats. Je la remercie ici au nom de tous les Mégamathiens.

Mettons-nous quelques instants à sa place. Revivons avec elle ce passage tant intimidant devant un jury d'oral. Soyons la mouche qui vient regarder ce qui se passe, ce qui nous permettra peut-être de mieux réagir si un jour nous devons passer un oral à notre tour. 

Voici son témoignage :

Prélude


Je suis contractuelle depuis six ans et je passais pour la deuxième fois le CAPES interne cette année 2014-2015. L'an passé je n'avais pas été admissible, mais cette année j'ai réussi à être admissible et admise, Youpi ! Je n'y croyais que moyennement, mais les ondes positives autour de moi devaient être tellement fortes que cela m'a bien portée. 

J'ai enseigné cinq ans dans plusieurs lycées de Cayenne à Rémire Montjoly, et cette année je travaille en collège sur Rémire. Je pense sincèrement que ce n'est pas un hasard si je l'ai eu cette année : les collègues et la direction de l'établissement ont été franchement un beau soutien, croyant en moi plus que moi-même, ce qui m'a beaucoup aidé dans la constitution de mon dossier RAEP, Avec leur aide, on se sent pousser des ailes ! Pas de tracasseries ou de petites mesquineries que l'on peut parfois rencontrer quand on est contractuelle.

L'an passé, j'avais placé mon dossier niveau lycée et je n'ai pas été sélectionnée, restant à moins d'un point de la barre d'admissibilité. Pourquoi ? Aucune idée. Je n'avais aucune idée sur ce que je devais conserver ou pas. Du coup cette année j'ai repris dans les grandes lignes la première partie de mon dossier RAEP. Comme je ne pouvais pas changer mon parcours professionnel, j'ai reformulé certains points, réactualisé les projets faits et mis un peu mieux en évidence certains passages concernant ma formation continue, mon choix de master ou mes projets collaboratifs. 

J'ai par contre complètement changé la seconde partie du rapport en me plaçant au niveau collège. Je tenais à ce que cette partie soit toujours en lien direct avec ce que je faisais actuellement sur le terrain. Autant dans mon premier que dans mon second essai, je tenais à faire ressortir une situation réelle d'enseignement face à mes élèves, et non un cours idéal et fictif.

En conséquence j'ai choisi le collège comme niveau à l'oral collège, tout en doutant de la pertinence de ce choix. J'avais tous les programmes à découvrir, c'était un monde nouveau, le socle commun, les compétences, et tout l'enrobage qu'on peut mettre finalement sur des concepts très simples... Mais j'ai choisis ce niveau en me disant que je serait alors vraiment dans ma réalité de tous les jours. Je n'ai pas une très bonne mémoire et j'ai l'habitude d'accumuler des travaux pour l'année en cours, pour les niveaux en cours. A partir du moment où je n'enseignais plus en TES, je n'étais plus motivée : les grandes lignes sont encore là, mais franchement je me voyais mal en train de me redemander de faire la démonstration du théorème des valeurs intermédiaires sans revoir comment parler de continuité. Cela n'aurait pas été du travail propre. J'ai choisi le niveau collège parce que tout était plus frais dans ma tête.

Dans la seconde partie de mon RAEP, je me suis placé au niveau de la classe de quatrième avec et l'égalité de Pythagore : une belle partie du programme, et j'ai bien justifié ce choix pédagogiquement, mis en avant les démonstrations, expliqué les choix du découpage du chapitre en séances, apporté les informations que je pense être importantes comme sur les séances TICE, mes évaluations diagnostiques, sommatives, formatives, avec quelques extraits de copies d'élèves et l'analyse qui va avec. Tout cela je ne l'avais pas fait dans mon premier dossier.

C'est peut être cette différence qui a été jugée positivement. L'analyse critique et constructive des travaux divers de mes élèves, la mise en avant des stratégies de différenciations mises en place et des modifications à apporter selon que le scénario s'était déroulé ou non comme je l'avais prévu, tout cela a dû être perçu positivement. 

Un dossier RAEP est un travail très personnel, et je pense franchement que l'on ne peut pas s'inspirer du travail des autres puisqu'on doit mettre en avant ses propres pratiques.

Ma note de dossier n'a pas été fantastique mais m'a permis d'être sélectionnée pour l'oral et c'est le plus important. Je pense qu'une grosse part de chance intervient dans cette partie, et conseillerai aux futurs candidats de ne surtout pas passer par la phase de déprime que j'ai eu après mon premier essai. En n'étant pas sélectionnée la première fois, j'ai eu l'impression que l'éducation nationale rejetait mon profil et cela m'a complètement déroutée. 

Bref, il faut tenter sa chance, adapter, lire des sites spécialisés... Lire des articles des cahiers pédagogiques a été particulièrement enrichissant, surtout ceux qui tournent autour du RAEP. Ensuite il faut retravailler jusqu'à ce que cela passe ! Se faire relire est aussi une aide appréciable : un lecteur commentera ce qu'il lit, ce qui permet d'enrichir son regard critique et de voir si l'on est clairement compris. C'est un avantage non négligeable. Personnellement j'ai demandé cette relecture à une collègue formatrice mais en dehors de ma matière afin de voir si ce que je développais tant mathématiquement que pédagogiquement étaient intelligible par tous sans bagage particulier, tout ceci dans le but de clarifier au mieux mon texte.

Me voilà donc admissible !

La grande raison pour laquelle je ne croyais pas être retenue, et pour laquelle je n'avais pas démarré sérieusement la préparation à l'oral le jour des résultats, était la suivante : j'avais été découragée par les résultats du CAPES réservé en recevant un courrier m'expliquant je n'avais pas été retenue parce que je ne répondais pas aux conditions d'inscription, à savoir qu'il fallait avoir travaillé au moins deux ans avant le 31 mars 2011. A quelques mois près, c'était injuste. La bonne blague ! Cela m'avait démobilisée, je ne pensais pas l'avoir par l'interne, et la semaine des mathématiques arrivant, je m'étais engagée sur un projet qui me tenait à cœur, du coup je me suis laissée accaparer par mon boulot, conseil de classe en plus dans la foulée. C'est normal de faire passer tout cela en priorité car on est payé pour ça ! Mais être contractuelle et devoir sans cesse préparer des cours sur mesure et à flux tendu pendant toute l'année, c'est le meilleur entraînement pour l'oral. 

Je lis et relis tout ce qui est référencé sur Mégamaths. Je regarde le site de Serge Mehl. Je consulte comme une petite bible et toujours avec plaisir le très bon site « La taverne de l'Irlandais » qui m'a bien aidée au début, et bien d'autres, et surtout je m'entraîne sur les sujets de l'an passé.

Bon j'avoue avoir fait l'impasse sur tout ce qui concernait la géométrie dans l'espace et les probabilités, donc le pire couplage pour moi auraient été là-dessus. La combinaison fatale le jour J ! Mais je n'avais pas le temps de faire plus. Il fallait faire des choix. J'ai choisi par affinité une étude sur les couplages des thématiques, ce qui peut être intéressant :))

Je prenais plaisir à faire les sujets sur calcul littéral ou la géométrie plane, les fonctions... J'ai aussi réussi à passer un oral blanc, que j'avais trouvé franchement catastrophique de mon point de vue, mais le fait d'avoir envoyé quelques fiches préparées au webmestre de Mégamaths et de recevoir ses conseils bienveillants m'ont remis du baume au cœur. Je pense qu'arriver en ayant confiance en soi est bien plus important que ce que l'on croit.

Et puis un des chargés de mission qui m'avait interrogée m'avait bien fait comprendre ce que je devais améliorer et j'ai essayé d'aller dans ce sens. Par contre avec cet oral blanc, j'ai bien vu que je gérai mal mon temps et j'espérais affiner cela avec quelques entraînements. Mais vous verrez ce qui s'est passé le jour J au sujet de la gestion du temps...

La veille de l'oral


La veille du jour J arrive. Décalage horaire depuis la Guyane et un vol 8 heures, un bébé qui ne dort pas, mon mari qui a roulé sur mon pc sans le faire exprès... Ah ah ah la loose ! 

On a choisi un hôtel proche du lycée recevant les oraux. J'assiste à la réunion, un peu longue mais bon on peut voir les autres candidats et c'est bien de voir qu'ils sont en fait... des gens normaux quoi ! Pas des cadors qui roulent les mécaniques, juste des gens comme moi. Cool, donc pas de costard cravate à l'horizon. Il faut que je précise qu'on m'a bien saoulé avant mon départ pour que je ne me pointe pas en jean baskets : mes collègues, avec qui je m'entends très bien, avaient peur que je ne donne pas l'image d'un professeur sérieux. J'y suis donc allée comme je me présente devant mes élèves, de façon correcte, respectueuse mais sans masquer mon identité. Oui je porte des tenues rigolotes, j'avais un jean gris pour pas faire un jean blue trop commun, mes fameuses baskets wonderwoman, une chemise décorée avec la fable de la fontaine « le corbeau et le renard », et j'avais mes boucles d'oreille équerre et rapporteur.

Ben oui, le look un peu teenager avarié sur les bords mais c'est ma personnalité. Il faudra bien qu'avec les années je finisse par grandir, mais pour l'instant je pense que je mets suffisamment de sérieux dans mon travail pour ne pas avoir à faire semblant de porter un déguisement ! Bref selon moi, il faut s'habiller à son aise, propre, présentable, mais surtout éviter d'avoir des vêtements spécialement pour ce jour : cela se verrait je pense, et on se sentirait moins à l'aise, genre un pantalon bien taillé chic qui donne un air sérieux mais trop long parce que jamais porté et jamais mis à la bonne mesure. Moi je trouve que ça fait pingouin ! Et puis je ne connais aucun collègue qui se pointe devant ses élèves en costard cravate, alors bon ben voilà.

Lors de la réunion j'ai appris que cette année-là il n'y avait pas de calculatrice collège, mais bon personnellement j'utilise la Casio 35+ donc tout va bien. J'apprends aussi que les CD des manuels que nous emportons doivent être enlevés, qu'il y a pas mal de manuels en ligne, que le nombre de visiteurs durant l'oral ne peut pas excéder 3 personnes, que les fiches à remplir pour l'oral et à remettre au jury ne doivent être remplies que du côté recto, qu'il y a 410 admissibles pour 187 places.

Je devais passer le lendemain matin. Le matin du jour de ma réunion, et de rumeur de candidats, il y avait eu un sujet sur la symétrie axiale et un autre sur le PGCD. 

Après la réunion j'ai décidé d'assister à un oral. L'un des deux thèmes de l'après-midi portait sur les statistiques, et j'ai assisté à un thème concernant le calcul littéral. Il fallait trouver la position d'un point M pour que le périmètre du triangle soit égal à celle d'un carré, ou un truc comme ça… J'avais eu un oral blanc plutôt catastrophique et je craignais le jury surtout sur la partie questions, et là, j'ai trouvé le jury très bienveillant avec la candidate. Ils la guidaient si besoin, ne la laissaient pas s'enliser trop longtemps. Avant d'y assister, je n'étais pas sûre si cela allait me faire du bien,  mais cela m'a fait un bien fou ! J'étais maintenant rassurée sur les intentions du jury qui sont clairement là pour nous mettre en avant. J'ai vu comment cela se passait sur les modalités à suivre, disposition du tableau et du vidéoprojecteur. 

Bon la candidate a fini son oral en larmes. Elle avait senti qu'elle patinait sur le discriminant qu'elle ne retrouvait pas, et le jury a été sympathique et n'a pas prolongé. C'est fou par contre comment d'une personne à l'autre on peut percevoir les choses différemment. J'avais trouvé que cela ne s'était pas bien passé pour elle sur le contenu, mais l'autre visiteuse avait trouvé au contraire qu'elle s'était très bien débrouillée. La perception des choses... En tout cas l'oral auquel j'ai assisté a été instructif, rassurant, et je conseille aux futurs candidats d'en faire au moins un ! Cela m'a complètement humanisé et a démystifié l'épreuve. Disons que j'imaginais tellement de choses, et je crois que de l'inconnu naît du stress et des interrogations inutiles. Autant s'en défaire et voir où l'on met les pieds.

L'oral


Petit déjeuner. Je me force à manger. J'ai bien fait : cela dure longtemps quand on y pense, entre le moment de la convocation (on vient en avance) et le moment où l'on passe devant le jury, il s'écoule bien trois bonnes heures. 

Deux sujets qui me plaisent : un sur le cercle circonscrit et l'autre sur fonctions-grandeurs. Grosse hésitation ! J'ai perdu trop de temps à me tâter, dommage ! J'ai opté pour le sujet sur les fonctions car j'imaginais plus de questions pour la suite. Sur le cercle, bon, c'était tellement proche de mon RAEP que je me suis dite aussi que stratégiquement c'était peut-être plus malin de montrer qu'on pouvait faire autre chose que ce qu'on avait fait sur son RAEP. Enfin je n'étais pas sûre de mon choix et j'ai hésité longuement, mais finalement cela m'a été bénéfique.

Deux parties. Une partie question jury pour l'oral et l'autre sur la fiche à remettre. Je décide de commencer par la partie fiche, arrrgh erreur ! J'ai voulu trop faire mignon : couleur, schéma, bref 1h50 dessus, 10 min pour gérer la partie orale, j'étais un peu fichue à ce moment-là ! Il s'agissait d'un exercice semblable au sujet 19 il me semble, proposé l'année d'avant sur calcul de distance, vitesse... Cette fois pas de travaux d'élèves à critiquer. Dommage, j'aimais bien cette partie dans le sujet de l'année précédente. Il fallait, de mémoire, résoudre l'exercice niveau troisième, proposer des différenciations je crois, et puis je ne sais plus quoi d'autre en plus d'un exercice sur la même thématique.

Pour l'oral j'ai donc clairement improvisé la première partie. Je me suis trouvée franchement pas terrible, j'avais l'impression de rien dire de pertinent, d'intéressant, et quand l'un des membres du jury m'a dit qu'il me restait 4 minutes alors que je n'avais pas répondu à toutes les questions, j'ai été surprise, je pensais pas tenir les 30 minutes vu que j'étais dans l'improvisation complète et que je délayais pour tenir et je me suis faite prendre à mon propre piège. Bref : prestation bof bof selon moi et je me suis un peu écrasée avec un trémolo dans la voix quand j'ai compris qu'il me restait peu de temps pour conclure. Une conclusion bâclée, en oubliant de répondre à la dernière question concernant la pertinence de l'utilisation des TICE alors que j'avais beaucoup de choses à dire à ce sujet. Arrrghh, j'ai cru mourir mais je me suis vite ressaisie. Après tout il me restait l'entretien avec le jury pour me mettre en avant !

Le jury était déjà très charmant, de belles et jeunes personnes, un homme, une femme. Regard rassurant, pas de stress dans l'attitude, mise à l'aise tout de suite et je crois que cela m'a permis de faire une improvisation, certes pas terrible, mais qui me laissait penser que je m'adressais à mes collègues sans être mise au bûcher… Ils respiraient la bienveillance et cela m'a permis quand même d'engager un monologue, que je trouvais en dessous de ce que j'aurais voulu faire, mais qu'ils m'ont inspiré par leur attitude bienveillante. S'ils avaient été fermés, je crois que je n'aurais même pas pu improviser. 

J'ai mis des choses au tableau, utilisé le tableur, me suis un peu enlisée dessus d'ailleurs n'ayant pas préparé, j'ai essayé quand même de donner des idées qui me paraissaient importantes, et je pense que mon démarrage n'était pas le pire. J'avais situé le chapitre, les prérequis en citant par niveau les compétences précédentes nécessaires pour le développement de cette activité que j'avais mise en tâche complexe. J'ai essayé de contextualiser ma démarche en décrivant vraiment la mise en place devant les élèves notamment pour la partie différentiation, réaction attendue, mise en place de diverses stratégies selon les scénarios envisagés… Bref une première partie pas terrible mais sans que ce soit non plus la fin du monde. J'ai parlé, j'ai tenu le temps et j'ai essayé de montrer que je m'adressais à eux comme étant déjà enseignante et non pas une enseignante en devenir. Cela a peut-être un peu masqué l'inconsistance et le manque de préparation de cette partie.

Pendant l'entretien, j'ai eu pêle-mêle à parler de la dérivation avec vitesse instantanée, j'ai dû citer dans quel contexte je me plaçais quand on utilisait une lettre en mathématiques : paramètre, constante (par exemple : pi), inconnue, variable, grandeur,

J'ai dû :
- expliquer ce que j'entendais par tâche complexe.
reprendre des choses que j'avais mises au tableau sur la formule de la vitesse moyenne

Au sujet de mon RAEP, j'ai dû donner un triplet de longueur de côté d'un triangle rectangle : 3, 4, 5
et cela m'a amené à parler de triplets pythagoriciens. On est parti là-dessus. J'ai été amenée à démontrer que (3;4;5) était le seul triplet pythagoricien formé de nombres entiers consécutifs, ce qui m'a amené au polynôme du second degré, à redémontrer que si ax² + bx + c = 0 admettait deux solutions x1 et x2, alors x1*x2=c/a et x1+x2=-b/a, parler de la forme factorisée, de la forme canonique, revenir sur le changement de programme qui n'exige plus de faire la différenciation en le théorème et la réciproque mais de parler de l'égalité de Pythagore, justifier la pertinence de ce changement (caractérisation du triangle rectangle), citer une autre caractérisation niveau collège (j'ai parlé de la médiatrice), justifier tout de même mon choix de découper mon chapitre en séparant l'énoncé du théorème, sa contraposée, sa réciproque. On l'a demandé de démontrer le théorème de Pythagore  de deux façons différentes, et l'entretien s'est terminé là-dessus (j'ai utilisé le produit scalaire pour le lycée, et aire et trigonométrie pour le collège, mais je connaissais deux autres démonstrations dont celle d'Euclide au cas où).

Conclusion


Voilà. La veille j'avais vu quelques candidats quitter les entretiens les larmes aux yeux, mais personnellement je quittais ceux-ci en n'étant pas défaite, sur une note positive et sans l'envie de pleurer même si je n'étais pas entièrement contente de ce que j'avais fait. Mais j'étais soulagée que ce soit fini et que je ne me sente pas la pire des profs de la Terre m'avait laissé un air joyeux que j'étais contente d'afficher, surtout que j'étais arrivée au bout du temps maximum imparti au candidat. Je trouvais cela positif de ne pas sortir complètement broyée comme ce que j'avais pensé. 

Je remercie surtout la douceur dans la voix des jurys, le ton rassurant et engageant, la bienveillance. C'était complètement différent de ce que j'avais vécu à mon oral blanc où le ton était dur, sec, ce qui m'avait alors complètement déroutée et paralysée.

Là non seulement les membres du jury étaient physiquement charmants mais ils étaient pétris de bonnes intentions, et j'aurais dit la même chose même si je ne l'avais pas eu car franchement ce qui m'a marqué dans cette oral c'était la bienveillance du jury, ainsi que celle du jury que j'avais vu la veille.

Je ne sais pas si c'est une directive ou si les jurys que j'ai rencontrés étaient de bonnes personnes, mais en tout cas je tiens à rassurer les autres candidats de mon expérience : ils ne sont pas là pour nous casser !

J'avais surtout peur de cela avant d'y aller, peur de revenir à mon travail complètement abattue.

Voilà ! Je remercie sincèrement Mr MégaMaths qui de par le partage de son savoir donne envie de s'améliorer et m'a permis de garder la flamme.



[NDA : merci à vous aussi pour ce témoignage que je peux maintenant partager. Il rassure beaucoup en montrant des jurys bienveillants qui font tout pour permettre aux candidats d'expliquer ce qu'il connaît. Vous voilà débarrassée des affres du concours. Tout va bien !]





Pour continuer sur ce thème, Cheïma nous offre quatre de ses préparations d'exposés pour le CAPES interne 2015, à retrouver sur la page CAPES interne de MégaMaths Classic !



Ce 9 mai 2015, je rajoute les commentaires suivants de Cheïma au sujet de l'oral :

Pour l'interne, on ne doit compléter le document à remettre au jury pour l'oral seulement sur le recto. Je dois être l'une des candidates à avoir demandé le plus de feuilles parmi les 12 qui étaient avec moi. J'avais l'impression que j'en écrivais trop. J'ai rendu 6 rectos. J'ai perdu beaucoup de temps sur la partie réponse à l'écrit du coup je n'ai pas eu beaucoup de temps pour préparer les questions devant le jury donc je ne crois pas être la mieux placée pour indiquer la bonne démarche à suivre.

Pour ma part, j'ai détaillé la correction demandée. S'il fallait justifier des choix ou des barèmes, je l'ai fait avec des phrases peu détaillées en mettant surtout des mots clefs pédagogiques importants. j'ai fait cela avec de jolies couleurs, et des schémas parfois pour indiquer une chronologie pour la mise en place d'une activité. Je me rends compte que c'est un peu superficiel, je pense [NDA : mais ça a bien marché, donc... !]

Si je devais donner un conseil que je n'ai pas appliqué à moi même à cause du stress, ce serait d'écrire d'abord les grandes lignes le plan, les mots clefs pour les réponses devant le jury, et ensuite attaquer la partie fiche écrite. Moi, j'ai tendance à trop m'appliquer sur l'écrit ce qui a mangé tout mon temps de préparation. Certes cela a marché au final mais je suis sûre que j'aurais pu faire un meilleur oral si j'avais procédé dans cet ordre. Par contre il faut ne répondre qu'aux questions posées et strictement à ces questions. Si le jury veut des indications supplémentaires, il le demandera pendant l'entretien.

Commentaires

  1. Bonjour je suis actuellement professeur de mathématiques contractuelle. J'ai fait une année au lycée et j'attends cette année un poste. Je voudrais avoir des renseignements pour le capes interne si possible.
    merci d'avance
    CL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 3 années en poste pour pouvoir le passer, un dossier à envoyer en guise d'écrit, et un oral du type de l'oral 2 du CAPES externe, mais qui dure un peu plus longtemps.
      Voyez en :
      http://www.devenirenseignant.gouv.fr/cid98524/les-epreuves-du-capes-interne-et-du-caer-capes-section-mathematiques.html
      et en :
      http://blogs.smooz.fr/devenir-professeur-dans-le-second-degre/12-2015/le-capes-interne

      C'est une bonne idée de la passer. En attendant préparez le CAPES externe (si vous avez les conditions de diplôme) pour entraînement, et cela vous boostera dans deux ans. On peut ensuite passer à la fois l'externe et l'interne, ce qui est un bon plan, certains réussissant l'externe et pas l'interne. Cela est arrivé à pas mal de mes correspondants...
      Bon courage et... AVANTI !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999